• Aujourd'hui un peu partout en France c’est la journée de commémoration du génocide arménien.Parfois quand j'y pense je me dis que le destin joue avec notre existence. On pense avoir un chemin de vie tout tracé ...Et puis tout est chamboulé.
    Si ce drame n'avait eu lieu, mon grand père aurait épousé une fille de son pays et ni ma mère, ni ma tante, ni moi ne serions de ce monde... Je ne sais si mon grand père pensait  à ce qu'aurait pu être sa vie s'il était resté là bas. Il en parlait peu et se refusait d'avoir de la haine... Vers la fin de sa vie il s'était rendu à Smirne avec ma tante et ma mère revoir sa ville, sa maison natale occupée par des Turcs. Leur séjour s'était bien passé et ils avaient été reçus à bras ouverts. Je pense que ce pays aussi veut  oublier.
    J'ai des livres  pour mieux connaître  ce peuple qui fait partie de mes racines pour moitié. Enfant, je me souviens d'un plat que faisait ma mère, un que j'adorais: les yapraks. Je la revois cueillir des feuilles de vigne . La 1ère fois je me demandais ce qu'elle voulait en faire. Les feuilles de vigne vont ensuite être farcies avec viande et riz ou même  parfois juste avec du riz... Un délice !
    La recette je ne vais pas la mettre  car aujourd'hui j'avoue que je les achète préparées quand je vais à Toulouse. Un Libanais les fait comme celles de mon enfance car à chaque fois ailleurs même si elles étaient délicieuses, je n'ai pas retrouvé ce goût ou cette impression de "madeleine de Proust.". Les épices y sont pour beaucoup.
    Voilà,ce message ce soir c'était ma petite participation à cette journée pour ma famille, pour ce pays inconnu mais qui fait partie de notre histoire.

    Il y a 104 ans...

     

    Il y a 104 ans...

    J'ai du les prendre en photo car trop grands pour le scanner. Ces 2  livres sont remplis de photos anciennes et très bien commentés.

     

    Il y a 104 ans...

    Mon grand père et ma grand mère quartier de la Colombette à Toulouse


    votre commentaire
  • J'aimerais trouver des mots assez forts pour décrire cette amitié de plus de 45 années . Amitié unique qui remonte à notre adolescence où nous aurions pu être de simples copines, de simples amies mais c'était déjà écrit dans ce livre de la vie que nous serions plus que cela. Notre même enfance nous rapprochait déjà . Et si un miroir reflétait les années suivantes on y verrait avec des lieux différents, des visages différents les mêmes scènes de bonheur, de galère et les mêmes événements à peu d'intervalles l'une de l'autre. Elle était là bien sûr lors de mon 1er mariage qui sera suivi ensuite du sien où elle portera ma robe de mariée. Les 2 enfants que nous aurons par la suite se suivront dans leur naissance... nos divorces aussi, de nombreux déménagements pour l'une et l'autre. Bref, une vie similaire.
    Alors ce weekend ce n'était que bonheur de se retrouver car éloignée l'une de l'autre par les kms on passe souvent de longs mois sans se voir.

    Ma sœur de cœur...

    Ce samedi à Pau après quelques magasins une halte dans une brasserie où se sera café liégeois  pour toutes les deux. C'était une journée d'été tant il faisait beau et chaud.

    D'aussi loin que je me souvienne j'entends nos fous rires  pour des riens. Je revois un réveillon lors de nos jeunes années où l'obligeant à attendre minuit elle avait abusé sur le vin blanc et s'était prise pour Dalida chantant et dansant à n'en plus finir. Nous passions autant de temps dans l'appartement de l'une ou de l'autre, nous endormant à même le sol après d'interminables parties de monopoly où chacun se battait pour posséder la rue de la Paix. Des vacances ensemble nous en feront. Il y a eu tant de partages...

    Ma sœur de cœur...

    1981, vacances en Espagne. On avait parfois les mêmes vêtements. Comment ne pas oublier ce soir où pied nus sur la plage et courant vers la mer, ses cheveux longs flottant autour d'elle, je la vois encore se retournant vers moi, m'appelant pour partager l'instant magique du coucher de soleil sur la mer... Cette image m'est restée, conservée dans les plus beaux souvenirs de notre jeunesse.

    Ma sœur de cœur...


    1994, col du Somport . Elle était venue pour un weekend et nous avions passé la journée à nous promener dans ma région. A cette époque toutes les 2 avions refait notre vie.

    Ma sœur de cœur...

    2006, Biarritz .

    Ma sœur de cœur...
    2008, à la maison

    Ma sœur de cœur...
    2011 à Pau lors d'un concert où mon fils jouait.

     

    Ma sœur de cœur...

    2014 à la maison



    Ma sœur de cœur...
    2015 à Najac. Elle était venue nous rejoindre pendant nos vacances.

    Ces quelques photos pour retracer tant d'années d'amitié, une amitié unique où les années n'ont fait que renforcer nos liens... une sœur de cœur... ma sœur de cœur



    votre commentaire
  • L'histoire de Gladys...

    Elle est arrivée, un soir dans notre vie. Je la revois, adorable peluche ornée d'un gros noeud rouge,
    Pendant 11 ans, elle sera un grand rayon de soleil dans ma vie.

    L'histoire de Gladys...

    Elle avait bien sa propre panière mais préférait celle de la chatte Emilie qui avait 6 mois de moins qu'elle.

    L'histoire de Gladys...

    Si bien qu'Emilie la prendra pour sa mère, la tétant et que Gladys fera une grossesse nerveuse.
    Emilie était si attachée à elle que lorsque nous revenions d'une sortie , la laissant seule à la maison, elle faisait fête à Gladys, nous ignorant totalement.
    Si attachée à elle que lorsque Gladys nous quittera , elle la suivra de très près...

    L'histoire de Gladys...

    Gladys était boulimique, elle mangeait n'importe quoi. Il fallait surveiller. Elle comprenait quand on lui disait  "qu'est ce que tu as pris? ". Détournant la tête, serrant les dents, elle était prise en faute. Quand je dis n'importe quoi c'était autant la feuille d'endive qui m'avait échappé que le boulon qui traînait. Un jour dans les selles, je vais même retrouver une balle de ping pong étalée comme une crèpe.

    L'histoire de Gladys...

    On dit que les chiens n'ont pas  la valeur du temps, que l'on parte une heure ou plusieurs heures , ils ne feront pas la différence... peut-être  pour ce genre de situation car Gladys, aussi extraordinaire que cela puisse paraître, il y avait une situation  où elle faisait cas de l'heure...et du jour.
    Gladys regardait la télé, quand je dis " regardait", elle suivait certains films ou émissions.
    Quand Gladys voulait nous faire comprendre quelque chose, elle faisait le loup...en principe c'était pour un joujou égaré  sous un meuble.
    Et ce dimanche, la voila qui fait le loup.
    Elle fait le loup devant la télé.
    Et ben oui, le dimanche on avait l'habitude de lui mettre "30 millions d'amis", mais en discutant avec mon frère et Freddy dans la cuisine, on n'y avait plus pensé.

    L'histoire de Gladys...

    Gladys sera bien l'unique chien  de tous ceux que nous avons eu,qui nous fera ce cinéma pour une  émission. Pourtant lorsque nous partions en vacances, elle ne reclamait pas... allez comprendre .

    L'histoire de Gladys...

    "Vive les vacances!"

    L'histoire de Gladys...

    Après la baignade,repos sur  sa serviette de plage...que j'ai toujours d'ailleurs

    L'histoire de Gladys...

    Non, elle ne dormait pas là, juste faire la curieuse

      

    L'histoire de Gladys...

    (photos de vacances en Bretagne)

     

    L'histoire de Gladys...

    Quand on revenait du travail, on avait droit  à cette vue de Gladys, qui passait la tête par la chatière la faisant ressembler à un trophée de chasse...

    L'histoire de Gladys...

     

    Son dernier Noël avec nous, Gladys déjà bien fatiguée mais plantée devant la table.

    Texte que j'ai voulu remettre en avant et dans la bonne catégorie


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique